Le relogement

Le relogement commence dès maintenant pour les ménages qui occupent des logements rachetés par l’EPFIF et voués à la démolition. Il se prolongera sur toute la durée du projet.

Que vous soyez propriétaire ou locataire : une fois que l’appartement que vous occupez a été acheté par l’EPFIF, vous devenez temporairement locataire de l’EPFIF. Dès la prise de contact avec l’EPFIF pour la vente du logement, des professionnels vous accompagnent pour élaborer votre projet de relogement. L’EPFIF pourra étudier tous les projets de relogement des ménages et, au cas par cas, les demandes spécifiques telles que la réaccession.

Votre projet de relogement sera bâti sur mesure, avec vous. Un accompagnement social personnalisé sera mis en place pour analyser votre situation et ouvrir vos droits au logement social. Ensuite, une offre de relogement vous sera faite en fonction de la taille de votre famille, de vos ressources, de vos besoins personnels et, le cas échéant, professionnels. Le relogement doit permettre de répondre également à vos choix de vie : rapprochement domicile travail, rapprochement vers la famille…

Des solutions seront donc proposées, selon vos souhaits, soit :

  • Dans la commune de Grigny.
  • Dans les communes alentour.
  • À l’échelle régionale et inter-régionale.

Deux propositions maximum, bâties en fonction de vos besoins et de vos attentes. En cas de refus de la première proposition, vous devrez donner les raisons et préciser vos souhaits avec l’aide de l’équipe qui vous accompagne. Lors du relogement l’EPFIF prend en charge les différents coûts liés au déménagement :

  • Prise en charge du déménagement par une entreprise de déménageurs professionnels, avec une aide spécifique pour les personnes les plus fragiles.
  • Prise en charge des frais annexes au déménagement (frais de transferts d’abonnements).
  • Aide aux démarches administratives liées au changement d’adresse (suivi de courrier, aide à l’ouverture des contrats d’énergie, d’assurance, liste des institutions à informer du changement d’adresse…).

Oui, dans la limite de deux décohabitations par logement. On appelle décohabitation le moment au cours duquel des personnes formant un même foyer cessent d’habiter sous le même toit.

Exemple :
Monsieur et Madame « MARTIN » vivent avec leur fille majeure et autonome financièrement. S’ils le souhaitent, une proposition de relogement pourra être faite à leur fille majeure en plus de leur propre proposition de relogement.

Un dispositif partenarial à l’échelle de la région Île-de-France

Le relogement est mis en œuvre grâce à un partenariat avec les réservataires de logements sociaux (l’État, Action logement, la ville de Grigny, la Région Île-de-France, le Conseil départemental de l’Essonne) et 7 bailleurs sociaux partenaires (CDC Habitat, Seqens, Immobilière 3F, Les Résidences Yvelines Essonne, Essonne Habitat, 1001 Vies Habitat et Adoma).